« Femmes, Paix et Sécurité » [ka]

A l’occasion du 8 mars 2019, rappel de l’engagement de la France dans la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies « Femmes, Paix et Sécurité ».

A la suite du rapport final de l’évaluation du 2ème plan national « Femmes, Paix et Sécurité » fin 2018 par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, la France s’est engagée à préparer un 3ème plan d’action en mettant l’accent sur une plus grande participation des femmes aux processus politiques, économiques, sociaux et culturels en lien avec les enjeux de paix et de sécurité, à la suite des deux précédents plans d’action de 2010-2013 et de 2015-2018.

Les conflits ont un impact disproportionné sur les femmes : plus souvent victimes de violences sexuelles, elles sont le plus souvent tenues à l’écart des processus de paix. Entre 1990 et 2017, les femmes ne représentaient que 2% des médiateur(rice)s, 8% des négociateur(rice)s et 5% des témoins et des signataires des processus de paix. Or, une participation significative des femmes permettrait que leurs droits et leurs intérêts soient pleinement pris en compte au lendemain d’un conflit et augmenterait de près de 35% la probabilité qu’un accord de paix dure plus que 15 ans.

Les huit résolutions « Femmes, Paix et Sécurité », adoptées à partir de la résolution 1325, en 2000, véritables leviers en matière d’égalité femmes-hommes, exhortent ainsi les Etats à renforcer la participation des femmes à l’établissement de la paix et à l’ensemble des processus décisionnels, à mieux protéger les femmes contre les violences sexuelles et toute autre violation de leurs droits fondamentaux et à leur donner accès à la justice.

Pour mémoire, le dernier plan national d’action adopté par la France, pour la période 2015-2018, se déclinait autour de 5 piliers :

1) Participation des femmes à la gestion des situations de conflit et de post-conflit ;
2) Protection des femmes contre les violences et protection des droits des femmes dans les périodes de conflit et post-conflit ;
3) Lutte contre l’impunité ;
4) Prévention par la sensibilisation aux enjeux liés à la lutte contre les violences contre les femmes, aux droits des femmes et à l’égalité femmes-hommes ;
5) Promotion de l’agenda « Femmes, Paix, et Sécurité ».

publié le 15/03/2019

haut de la page