Soutien de la France au secteur énergétique de Géorgie [ka]

Un prêt de l’AFD de 60 M€, visant à accompagner l’amélioration de l’efficacité énergétique en Géorgie, a été signé le 7 octobre 2019, avec la participation de Ivane Machavariani, Ministre des finances de Géorgie et les représentants de l’AFD et de la KfW. Diégo Colas, ambassadeur de France et Carl Hartzell, délégué de l’UE ont également assisté à la cérémonie.

Le projet de prêt de l’AFD de 60 M€ représente la deuxième tranche du programme quadri-annuel de prêt de politique publique que l’AFD a mis en place en 2018 avec le gouvernement géorgien et la KfW. La première tranche, octroyée en 2018, était d’un montant de 25 M€ sur un total de 74M€ (la KfW apportant 49 M€). Pour cette seconde tranche, l’AFD a augmenté son engagement à hauteur de 60 M€, à égalité avec la KfW.

Le prêt a pour objectifs de développer l’efficacité énergétique et d’accompagner la réforme du marché de l’électricité. A la suite de l’engagement pris par la Géorgie, consistant à intégrer le 3ème paquet énergie de l’Union Européenne, le gouvernement est actuellement en train de restructurer le secteur électrique. En parallèle, il se dote pour la première fois d’une réglementation en matière d’efficacité énergétique, que ce soit pour la performance des bâtiments ou le labelling. C’est dans le contexte de cette réforme de politique publique que le Gouvernement s’est engagé.

La réforme du secteur, ambitieuse et complexe, avance et est désormais soumise au Parlement.

Au-delà de ce prêt, l’AFD a obtenu une subvention de 250 K€ du Fonds d’expertise technique et d’échange d’expérience (FEXTE) pour l’assistance technique au prêt, approuvé en août 2018, qui permet le financement de deux composantes :

  • un programme de coopération technique mis en œuvre par EDF en cours de mise en œuvre pour accompagner le MoESD (ministère de l’économie et du développement durable) et GSE (Georgian State Electrosystem, l’entreprise publique de transport de l’électricité) dans l’élaboration de son nouveau plan d’expansion de ses capacités de production électrique,
  • la réalisation d’une étude sur les impacts sociaux de la réforme et des recommandations au gouvernement quant à la conduite de politiques sociales d’accompagnement.

publié le 09/10/2019

haut de la page